L’autonomie affective

L’autonomie affective est une façon de vivre. Elle part du principe que le but de notre vie est le bonheur. Et le bonheur véritable provient de notre façon de penser répétée depuis notre enfance jusqu’à ce jour. Comment savoir si ce qu’on pense nous aide ou nous nuit? Grâce à notre dimension affective. La pensée crée, soit elle crée des pensées aimantes, aidantes et donc des sentiments agréables. Soit elle crée des pensées inconscientes qui me nuisent et sabotent mon bonheur en me donnant une sensation de mal être de plus en plus grande…

 Je serai heureux quand, si… Je t’aime quand, si…  Qui dit autonomie affective, dit aussi dépendance affective. On vit dans une société plutôt matérialiste, où l’on se croit libre, parce qu’on peut avoir beaucoup, faire beaucoup et bien paraitre.  Ce bonheur issu du faire et de l’avoir est toutefois éphémère et conditionnel. Si je crois que mon bonheur en tant que personne vient de mon travail, de ma santé, de l’argent, de la météo qu’il fait ou de la perfection de mes actions,  je dépends de ces choses pour être heureux. La dépendance affective c’est attendre après le faire, l’avoir et le paraître pour s’aimer et se sentir bien. C’est un esclavage qui, au fil des ans, nous rend de plus en plus fatigués, déçus, anxieux, stressés, dépressifs etc… Heureusement, notre souffrance va nous permettre de prendre la décision d’aller à l’école du bonheur pour apprendre à se comprendre plutôt que se juger et ainsi développer l’amour de soi.